vendredi 28 janvier 2011

Les écrits journaliers 4

Sceller
Raplapla
Retoucher
S'effacer
Puritain
Débarbouiller
Crémation
Greffer
Dysenterie
Préparatif


Cher Franck,
Je t'envoie comme convenu le rapport de l'opération Pain au lait. Les informations qu'il contient sont confidentielles, je te prie d'être prudent. Si tu as besoin de plus de renseignements, n'hésite pas à reprendre contact avec moi.
Cordialement,
A. C. Laplaque


Début du rapport XZ3018 classé confidentiel. A sceller.
Agent infiltré n° S-312-XI3 dit « la Chtouille ».
Libellé de l'opération : « Pain au lait ».
Date de début : 18/01/2010.

Rapports quotidiens de l'agent (volontairement triés) :
18/01/2010 : Ma couverture est enfin prête, j'achève les derniers préparatifs. Je vais m'infiltrer sous le nom de J. Cul, éminent légiste retraité. Le salon crématoire recherche du personnel, nul doute que M. Cul va les intéresser.
19/01/2010 : J'ai été embauché. Tout se passe comme prévu. Mon travail consiste à préparer les morts avant la crémation.
27/01/2010 : Je remarque que certains cadavres ont des marques suspectes, ce qui confirme nos suppositions. Mais je ne peux prendre les risque de les regarder de plus près.
29/01/2010 : J'ai attrapé une petite dysenterie bacillaire. Je soupçonne l'atmosphère du salon d'être malsaine.
04/02/2010 : Je suis encore un peu raplapla, mais je dois y retourner, les cadavres m'attendent.
07/02/2010 : Demain soir, je m'infiltre dans le salon. Je dois vérifier quelles sont ces marques étranges portées par les cadavres.
08/02/2010 : Minuit. Le crématorium est vide, toutes les lumières sont éteintes. Dès mon arrivée, je me suis arrangé pour faire un doubles des clés, je n'ai donc aucune difficulté à pénétrer dans le bâtiment. Comme je connais l'endroit, l'obscurité ne me gêne pas.
J'inspecte rigoureusement toutes les pièces, je ne trouve rien. J'aurais dû me renseigner plus tôt sur le lieu où ils entreposent les corps. Pourtant, je sais qu'ils sont là. Je continue à chercher.
09/02/2010 : Je n'ai rien trouvé. Mais ils ont remarqué l'intrusion et vont donc redoubler de méfiance. Je vais m'effacer et me faire oublier.
13/09/2010 : Les jours passent, je gagne peu à peu leur confiance. La vue des morts m'écœure de moins en moins, la routine s'installe.
17/10/2010 : Alors que je me débarbouillais après des heures de travail, un employé est venu me parler. Discussion intéressante :
« Monsieur Jean Cul ?
_ On dit CulE, s'il vous plait. Oui, que puis-je faire pour vous ?
_ Cela fait plusieurs mois que vous travaillez pour nous. Avez-vous remarqué des choses... Quant aux... Cadavres ?
_ J'ai appris à ne pas poser de questions.
_ Bien. Bonne soirée monsieur CulE. »
Je ne sais qu'en penser. Je crois avoir bien répondu.
02/11/2010 : L'homme est revenu me voir. Il m'a conduit dans une pièce que je n'avais, jusqu'alors, pas remarquée.
« Monsieur Jean CulE, vous travaillez pour nous depuis bientôt un an. Vous êtes celui qui a tenu le plus longtemps, comme vous avez certainement remarqué. Ceci car nous sommes satisfaits de vos services.
_ Vous m'en voyez ravi.
_ Vous n'êtes pas puritain, n'est-ce pas ?
_ Non, en effet.
_ Êtes-vous intéressé par l'argent ?
_ Oui. »
Il m'a conduit au sous-sol. Là, dans une immense pièce, des dizaines d'humains sont entassés dans des cages. L'hygiène laisse à désirer, et la précarité crie dans tous les coins. Voilà certainement l'origine de ma dysenterie attrapée des mois plus tôt. Il m'a expliqué que les organes de ces humains alimentent un trafic. Lorsque ceux-ci sont en trop mauvais état pour être greffés, ils sont détruits. Les personnes entreposées ici sont importées directement de pays en guerre, et n'ont d'autre utilité que celle d'être tuée pour être revendue en morceau. D'emblée, cela m'a dégoûté. J'ai cependant accepté son offre. Car telle est ma mission. Je suis chargé de retoucher les corps après que les chirurgiens les aient opérés, pour masquer toute trace des prélèvements.
17/11/2010 : Je ne m'accommode pas de mon nouveau travail. Chaque jour il me dégoûte un peu plus. L'idée que je rafistole des corps spécialement tués pour être charcutés m'offusque. J'espère que ma mission s'achève bientôt, je ne tiendrai pas longtemps.
03/01/2011 : Chaque jour je récupère plus d'informations, et je les transmets à mes supérieurs. Pourtant, ils ne font rien pour me sortir de là. L'atmosphère devient invivable.
11/01/2011 : Je ne dors plus, je ne mange plus, et je ne parviens plus à me regarder dans la glace. Ce que je fais m'est insupportable. Mais telle est ma mission.
17/01/2011 : Je n'en peux plus, il faut que cela cesse.

Ci-joint, les éléments recueillis par l'agent.
Informations complémentaires : Disparition inexpliquée de l'agent le 28/01/2011.
Date de fin : 28/01/2011.
Statut de la mission : Échec.
Mission reconduite : Non.
Fin du rapport XZ3018 classé confidentiel. A sceller.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire