dimanche 27 mars 2011

Pour cette vie

Pour cette vie, je pleure,
Car il était injuste qu’elle meure,
Simple, légère comme la rosée,
Insouciante et joyeuse elle a été…

Alors pourquoi a-t-il fallut
Qu’un abruti, un vaut-rien,
En la croisant un beau matin,
Sorte son couteau, et puis la tue ?

Cet être était aimé, choyé,
Et toi, sans remord, tu l’as tué !
N’as-tu pas honte, comment vis-tu,
Maint’nant qu’à cause de toi, quelqu’un n’est plus ?

Mais toute cette colère est bien vaine,
Et très vite, elle redevient peine ;
Mes larmes coulent sans cesse,
Depuis qu’il a fallu que tu la blesses.

Et je me prends à prier, à espérer,
Que finalement ils aient raison,
Qu’si l’paradis existe, les innocents y vont,
Pour qu’une fois sa vie achevée,
L’être seul et meurtri que t’as laissé,
Retrouve enfin sa bien-aimée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire